Carnet Sport : Actualité sportive - Devenez rédacteur et décrochez la Une !
Retrouvez toute l'actualité Sport sur Msn

L’Europe à l’heure américaine

Mercredi 04 juillet 2012

par foxley

Focus sur la MLS qui ne cesse de grandir, grâce à des moyens financiers conséquents et l'arrivée de joueurs du Vieux Continent.

L’Europe à l’heure américaine

Le Toux, Hassli, De Rosario. Ces noms ne vous disent peut-être pas grand-chose. Et pourtant ce sont des stars dans le championnat nord-américain de Soccer. Depuis plusieurs années, le MLS ne cesse de se développer, attirant de plus en plus de spectateurs (des stades spécialement dédiés au soccer sont en train d’être construits à Houston ou Philadelphie par exemple).

D’anciennes gloires du football européen telles que Beckham et Keane traversent l’Atlantique afin d’y jouer… Et vivre aux Etats-Unis, soyons honnêtes. Des milliardaires rachètent des équipes de football (Red Bull avec New York, le consortium Keystone Sport & Entertainment à Philadelphie), comprenant bien que l’avenir du sport en Amérique du Nord se trouve peut-être dans ce sport populaire, moins cher que le hockey sur glace et plus facile d’accès.

Un championnat en constante évolution

D’année en année, de nouvelles équipes intègrent le championnat comme l’Impact de Montréal récemment (Di Vaio vient de signer, comme son compatriote Ferrari et Corradi avant lui), qui suit les traces Vancouver et Portland il y a un an. De nombreux joueurs européens sont de plus en plus intéressés par le challenge sportif (et financier ?) proposé par le championnat. A Toronto, on retrouve notamment deux anciens joueurs bien connus sur le Vieux Continent : Danny Koevermans (ex-PSV) ainsi que Torsten Frings et sa fameuse frappe de balle.

Toujours plus de supporters

De plus en plus de supporters viennent aussi garnir les tribunes des stades. Il y a quelques années encore, ils se comptaient pourtant encore sur les doigts de la main. Mais aujourd’hui, l’ambiance commance à se rapprocher de ce qui se fait en Europe. Les kops du nord-ouest, à Seattle ou Vancouver, sont les plus impressionnants.

Il ne fait aucun doute que dans les années à venir, avec les moyens financiers dont disposent certains clubs, d’autres joueurs européens, rompus au très haut niveau, permettront d’améliorer encore le niveau général de la MLS. Le championnat, qui approche aujourd’hui le niveau Ligue 2 ou la seconde moitié de tableau de Ligue 1 (si l’on excepte New York ou Los Angeles), devrait donc continuer sa montée en puissance. Mais jusqu’où ?

Réagir à cet article
à lire également
Les articles qui font le buzz et l’actu