Carnet Sport : Actualité sportive - Devenez rédacteur et décrochez la Une !
Retrouvez toute l'actualité Sport sur Msn

NBA : une intersaison animée

Mercredi 04 juillet 2012

par Monsieur_Mehdi

La folie de la free-agency s'empare de la NBA.

NBA : une intersaison animée

Les restricted free-agents

La magie de la NBA est telle que certains joueurs sont presque free-agents, mais pas complètement. Voilà la subtilité : à un an de la fin de leur contrat, les joueurs peuvent opter pour être “restricted free-agents”, soit littéralement agent libre avec restriction. Le principe est le suivant : ils peuvent se faire offrir des contrats par toutes les équipes de la ligue, mais l’équipe où ils évoluent peut leur offrir une offre “égale”. Le joueur restera alors dans son équipe actuelle mais avec un nouveau contrat.

Prenons par exemple le cas du Français Nicolas Batum. Sous contrat à Portland, les Wolves viennent de lui faire une très belle offre. Si Portland ne s’aligne pas, Batman sera Wolves la saison prochaine. Cependant, on voit mal les Blazers le laisser partir. De la même manière, Roy Hibbert, des Pacers s’est vu offrir un contrat bien trop élevé (à mon sens) par les Blazers qui pourraient le récupérer. Les Pacers songent en effet à le laisser partir et à récupérer Chris Kaman (qui est lui free-agent) pour moins cher.

Egalement en attente, Eric Gordon, le shooting-guard du futur, qui s’est vu offrir le contrat maximum autorisé par les Suns. Malgré son souhait de rejoindre Phoenix, il est très probable que les Hornets lui offrent le même contrat et le conservent pour constituer une équipe compétitive dès cette saison. Landry Fields, lui, profite du désespoir de certains managers et devrait rejoindre Toronto, qui lui offre 20 millions sur 3 ans. De la même manière, son ami Jeremy Lin devrait changer d’air. On en parle beaucoup à Houston, notamment en raison de l’importance de la franchise sur le marché chinois…

Le cas le plus intéressant devrait être celui de Brook Lopez, qui se retrouve au coeur de l’affaire Howard depuis longtemps maintenant, et qui pourrait obtenir un énorme contrat si des franchises ont la clairvoyance de faire monter les enchères juste pour empêcher l’arrivée de D12 aux Nets.Pour finir, signalons la très probable signature de Jason Terry aux Celtics, où il ravira le Garden. Les Mavs ont annoncé à demi-mot qu’ils ne souhaitaient pas s’aligner sur l’offre de Boston pour le meilleur 6ème homme de ces dernières années.

Les trades

Les échanges de joueurs sont également en pleine recrudescence, certaines équipes cherchant à libérer de la masse salariale pour effectuer un gros coup tandis que d’autres flairent les bonnes affaires. Ainsi, signalons le retour de Lamar Odom aux Clippers (ce qui comblera sa femme), dans un transfert qui a envoyé Mo Williams au Jazz. Gros coup de ce début d’intersaison, Joe Johnson rejoint les Nets tandis que Marvin Williams rejoint son homonyme à Utah. Ce trade permet à Atlanta de libérer un espace salarial suffisant pour attirer Dwight Howard, qui retrouverait alors son ami d’enfance, Josh Smith, aux Hawks.

Dwight Howard, justement est -encore- au coeur de toutes les attentions. Toujours aussi maladroit dans sa communication, il a renouvelé ses envies de départ, et cette fois le Magic semble décider à s’en débarrasser. Il y a 20 ans, Hakeem Olajuwon avait choisi de rester à Houston pour finalement y emporter deux titres. D12 devrait lui changer d’air, mais il n’ira pas là où il le souhaite. Une raison à cela : son choix de prolonger son contrat l’an passé le bloque jusqu’à la fin de saison.

Cependant, plusieurs équipes semblent prêtes à prendre le risque de trader pour lui : les Nets (qui mettraient Humphries, Lopez et Brooks dans la balance), les Lakers (contre Gasol et Artest), les Hawks (contre Horford et Hinrich) mais aussi Houston ou les Warriors. Pour faire simple, le Magic prendra la meilleure offre et a tout son temps pour en décider. Une situation qui ne faitpas les affaires d’Howard, impatient de quitter la Floride.

Et comme rien n’est simple avec D12, son choix influencera aussi celui de Jameer Nelson, agent libre mais dont les relations avec le pivot sont exécrables (les deux ont failli en venir aux mains cette saison). Si Howard s’en va, il resignera au Magic, sinon il ira ailleurs. Un feuilleton parmi tous les autres qui vont animer l’intersaison en attendant la reprise de la grande ligue au mois d’octobre.

Pages : 1 2

Réagir à cet article
à lire également
Les articles qui font le buzz et l’actu