Carnet Sport : Actualité sportive - Devenez rédacteur et décrochez la Une !
Retrouvez toute l'actualité Sport sur Msn

Certains sports très méconnus en France rencontrent un franc succès à l'étranger. C'est le cas, notamment, du football australien, une pratique apparue sur la plus grande île du monde au 19e siècle. Ce sport peine à s'imposer en France où il souffre d'une image violente. Jehan-Bernard Marginèdes-De Biazi, président et fondateur du club des Dockers de Marseille, répond aux questions de CarnetSport pour faire découvrir cette pratique sportive aux lecteurs du site.

Football Australien : “le sport le plus complet que j’ai jamais pratiqué”

Peux-tu nous présenter le football australien ? Son histoire, ses règles…

Il s’agit d’un sport ancien crée en 1857 par Tom Willis, un Australien ayant fait ses études à l’université de Rugby (petit village qui donna son nom au sport que l’on connaît aujourd’hui et qui se pratiquait déjà à l’époque sous le nom de football), en Angleterre.

En rentrant au pays, dans la région de Melbourne, il décide de créer le football australien pour permettre aux joueurs de cricket de garder la forme pendant la trêve hivernale (de mai à octobre). Le premier club, qui est toujours en activité, le Melbourne Football Club Aka Melbourne Demons est créé.

Pour le premier match, il eut lieu entre les Demons et le collège écossais de Melbourne avec deux équipes de 40 joueurs s’affrontant pendant 4 jours sur un terrain de 500 mètres de long (à la démesure de l’immensité australienne). Le fameux Tom Willis en codifia les règles en 1859 ce qui en fait le second sport d’équipe, juste après le rugby mais avant le football ou le football américain.

En 1877 naît le championnat de l’état de Victoria (région de Melbourne) avec les équipes de Carlton, Collingwood, Essendon, Fitzroy, Geelong, Melbourne, St Kilda et South Melbourne. A part Fitzroy, elles existent toujours en AFL (Australian Football League), le championnat professionnel australien.

Le sport s’est d’abord cantonné à l’état de Victoria, mais s’est ensuite répandu dans tout le reste de l’Australie avec des franchises sur la côte Ouest tel que les West Coast Eagle à Perth et les Fremantle Dockers. Et, plus récemment, sur la Goald Coast avec les Suns.

En ce qui concerne les règles, même si elles peuvent paraître confuses pour un néophyte, elles sont simples et se retrouvent dans plusieurs sport modernes. Le football australien peut être considéré comme un “gagne-terrain” où les joueurs doivent botter le ballon entre les poteaux principaux pour inscrire un goal (qui vaut 6 points). Et s’il les rate, de chaque coté se trouvent des poteaux plus petits qui valent 1 point (de même si le ballon frappe l’un des deux poteaux principaux).

Pour le jeu en lui même, il se joue avec un ballon ovale avec un lacet sur une face, en cuir. La particularité est de devoir faire toucher le ballon au sol tous les 10 mètres sous peine de perdre sa possession (comme au handball ou au basket). Ensuite, les coups de pied attrapés en l’air (avant que le ballon ne touche le sol par un partenaire ou un adversaire et sans qu’il soit touché par un autre joueur) donnent un mark à condition d’être plus long que 10 mètres (le mark est identique a celui du rugby dans les 22 mètres : le joueur stoppe son jeu et il a quelques secondes pour jouer sans être attaqué).

Enfin pour récupérer la balle, il est possible de plaquer un adversaire entre les genoux et les épaules. Pas de cuillère ou de placage haut et dans le dos : c’est interdit. On peut s’appuyer avec ses genoux sur son adversaire au niveau des épaules sans le blesser bien sûr et on peut réaliser des bump ou sheperd (position offensive ou défensive) où l’on repousse l’adversaire dans un jeu à épaule contre épaule, à condition que la balle soit dans une zone de jeu de 10 mètres entre les protagonistes.

Pages : 1 2 3

Réagir à cet article
à lire également
Les articles qui font le buzz et l’actu