Carnet Sport : Actualité sportive - Devenez rédacteur et décrochez la Une !
Retrouvez toute l'actualité Sport sur Msn

Entre André Greipel et Mark Cavendish, l’histoire est longue. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que les deux se détestent. L’Allemand est alors devenu le principal rival du « Cav ». Le seul qui fasse véritablement peur au Britannique, l’un des seuls qui peut battre le roi du sprint à la régulière

Greipel, le seul concurrent de Cavendish ?

Sur le dernier Tour de France, André Greipel l’avait fait. Il avait battu Mark Cavendish à Carmaux. Le plus puissant des sprinteurs du peloton a réussi à tenir la distance et à battre à la pédale le coureur de l’équipe HTC. Pourtant, Greipel n’avait pas à disposition une équipe entière, la formation Omega-Pharma Lotto de l’époque devant composer avec Philippe Gilbert et Jurgen Van den Broeck. Cette année, l’Allemand disposera d’une équipe à son service et pourrait bien faire de gros dégâts.

Un vrai train, enfin !

Chez HTC, Mark Cavendish a toujours bénéficié d’un train hors norme. Mais lorsque André Greipel courait, le natif de Rostock avait souvent une équipe moins soudée autour de lui, plus dispersée. Et pourtant, ça n’a pas empêché l’Allemand de gagner bouquet sur bouquet alors même que l’ambiance au sein de la formation américaine n’était pas bonne du tout. Une fois parti, André Greipel a eu quelques difficultés à retrouver l’efficacité. Mais il a aussi eu du mal à trouver ses repères dans une nouvelle équipe. Mais désormais, tout semble bien huilé et la formation Lotto – Belisol lui fait pleinement confiance. Le seul Francis De Greef se rendra sur la Grande Boucle pour épauler Jurgen Van den Broeck et Jelle Vanendert. Le reste de l’équipe sera là pour André Greipel !

Lars Bak, Adam Hansen et Marcel Sieberg sont des anciens de la maison HTC et connaissent le travail à faire à l’approche des derniers kilomètres. Ils seront chargés de mettre en route le train Lotto sur la Grande Boucle, après avoir réalisé une partie de la poursuite. Puis viennent les véritables sprinteurs. Il y aura d’abord Jurgen Roelandts qui fera une partie du travail avant qu’entre en scène le sprinteur et son poisson pilote. Le Néo-Zélandais Greg Henderson emmènera André Greipel jusque dans les derniers hectomètres pour le laisser terminer le travail dans les meilleures conditions possibles.

Il faudra alors être tactique car il faudra trancher entre deux options. La première serait de faire le sprint sans se soucier de Mark Cavendish, dans un cas ou André Greipel se sentirait vraiment en jambes. La seconde serait que l’Allemand prenne la roue de son ancien coéquipier pour le déborder sur la toute fin du sprint grâce à sa puissance supérieure. Toutefois, pour avoir couru avec lui plusieurs saison, Greipel connait Cavendish et sait mieux que personne que la grande qualité de l’Anglais est de pouvoir garder sa vitesse maximale presque deux fois plus longtemps que les autres. Le « Gorille » serait-il alors capable de tenir la roue du « Man of the Man » jusqu’à son débordement prévu ? Pas sûr, et c’est bien ça qui rend Mark Cavendish si difficile à battre.

En grande confiance

Mark Cavendish est resté très discret depuis le début de saison, au contraire d’André Greipel qui a pu engranger un maximum de confiance dès le mois de janvier et ses nombreuses victoires sur le Tour Down Under et en Oman. Et ces dernières semaines, le coureur de bientôt 30 ans a énormément gagné, histoire de montrer à tous les autres sprinteurs qu’il monte en puissance et qu’il serait bien l’un des meilleurs dès la semaine prochaine sur la Grande Boucle. Vainqueur d’une étape sur le Tour de Turquie, d’une de plus sur celui du Luxembourg et enfin de trois sur le Tour de Belgique, Greipel collectionne les bouquets dernièrement. Mais la plus belle victoire est surement la dernière, sur la 2e étape du Ster ZLM Toer, où l’Allemand a devancé ceux qu’on annonce comme ses adversaires les plus coriaces sur les routes du Tour : Mark Cavendish et Marcel Kittel.

L’Anglais a pour sa part remporté le classement final de la course néerlandaise. Preuve que le champion du monde a été très régulier, présent sur toutes les étapes. Mais il n’en a remporté aucune est s’est incliné devant les deux Allemands Kittel et Greipel. Pas très bon pour la confiance même si Mark Cavendish possède un mental d’acier et saura ne pas tenir compte de ces petites contre-performances. Désormais, attendons le verdict du prochain Tour de France pour voir qui dominera les sprints. Des bouquets partagés serait déjà une victoire pour André Greipel tant la domination du « Cav » est excessive ces dernières années. Et pourquoi pas ensuite rêver de maillot vert à Paris si son « meilleur ennemi » venait à quitter la course pour préparer les Jeux Olympiques. L’avenir répondra à nos interrogations mais une chose est sûre, si Cavendish doit s’incliner, ce sera contre André Greipel !

Réagir à cet article
à lire également
Les articles qui font le buzz et l’actu