Carnet Sport : Actualité sportive - Devenez rédacteur et décrochez la Une !
Retrouvez toute l'actualité Sport sur Msn

A l’approche du Tour, c’est une nouvelle affaire embarrassante qui sort dans les médias. Comme bien souvent voir tout le temps, les suspicions de dopage arrivent fin juin. Cette fois, l’équipe Europcar serait concernée. L’Equipe.fr nous apprend qu’une enquête est en cours à l’encontre de la structure vendéenne. Le point sur cette affaire.

L’affaire annuelle d’avant Tour, cette fois-ci Europcar…

Europcar jalousé ?

Les faits remontent à l’année passée. Personne n’a oublié les probants résultats obtenus par les hommes verts sur les routes françaises en juillet. C’est après un Tour si réussi, en aout 2011, que le Pôle Santé du Parquet de Paris ouvre une enquête visant l’équipe Europcar… sur dénonciation.

Joint par le célèbre média, Dominique Pérard, procureur en charge du dossier, explique que l’enquête préliminaire a vu le jour à la suite de « faits dénoncés ». Des propos qui semblent confirmer les informations rapportées par la rédaction, qui affirme que les suspicions « ont été rapportées par des acteurs du cyclisme français, des coureurs notamment ». Tout cela accrédite la thèse de jalousie, avancée par le manager d’Europcar Jean René Bernaudeau, qui voit toute cette histoire comme « une machination ».

Quels faits reprochés ?

Les présumés faits dont on accuse Europcar sur dénonciation remonte donc au Tour 2011. L’équipe n’est pas accusé d’injections de produits dopants mais plutôt de perfusion de récupération, administrées aux coureurs le soir après les étapes, dans l’hôtel de l’équipe. En plus d’injections de vitamines, on accuse l’équipe française d’usage détourné de corticoïdes. Pour autant, il est impossible de prouver le mode d’administration employé, et il est donc impossible de sanctionner un coureur sur ces seuls éléments.

Cependant, cette hypothèse fait écho au « cas » Charteau, qui s’était vu arrêté après qu’un contrôle ait décelé un taux de cortisol anormalement bas, ce qui peut s’apparenter à un prise de corticoïdes.

Alors, éclosion d’un scandale ou pétard mouillé ? Vérité qui éclate au grand jour ou coup de com’ ? Quoi qu’il en soit, cette affaire est révélée au grand public à quelques jours du Tour, elle qui date d’une dizaine de mois. Alors pourquoi cet acharnement à sortir au grand jour toutes ces affaires, qui salissent le cyclisme, juste avant le début du Tour ?

Alexis Rose

Réagir à cet article
à lire également
Les articles qui font le buzz et l’actu